mercredi 27 août 2014

Du cube

Condensation Cube, Hans Haacke, 1963-65 - Plexiglas - 76 cm
Die, Tony Smith, 1962 - acier - 183 cm (6 pieds) de côté
Mètre cube d'infini, Michelangelo Pistoletto,
1966 - 6 miroirs et ficelle - 120 cm    
C'est fou ce que peut promettre l'intérieur d'un cube ! Et les différents types d'échanges qui se font entre intérieur et extérieur. Toutes les façons de passer par les surfaces. Surfaces intérieures vues ou supposées et surfaces extérieures tactiles, optiques ou mentales.

Il faut que l'intérieur et l'extérieur soit deux hors-champs du cube.

Idem - tailles approximativement respectées
Die, Tony Smith, 1962 - acier - 183 cm (6 pieds) 

Il s'agit d'une pièce compliquée. Elle renvoit à trop de choses pour que l'on en rende compte de façon cohérente. J'ai décidé de la faire après avoir regardé Free Ride pendant quelque temps. C'est de là qu'elle provient réellement. (...) Six pieds, cela suggère entre autres choses que l'on est cuit. Une boîte longue de six pieds. Six pieds sous terre. Je n'ai pas fait de dessin ; je me suis contenté de décrocher le téléphone et de passer commande.

Die entraîne une multitude d'associations de nature culturelle ou intime, en une chaîne proliférante et apparemment infinie. C'est le contraire d'un objet spécifique, le démenti absolu et définitif à l'idéologie du what you see is what you see (qui n'est du reste que la version tough, arrogante, du "un sou est un sou" cher aux épiciers). On sait que Smith donnait des titres à ses oeuvres seulement lorsqu'elles étaient achevées, tentant par une espèce d'anamnèse de retrouver quelque chose du processus de téléscopage inconscient qui les avait suscitées. Le titre donc avant de suggérer, confirme. Pour le spectateur il est un indice de ce que l'oeuvre est toute entière traversée par une pulsion qui contredit l'impression de maîtrise et de contrôle total si facilement engendrée par un volume géométrique exécuté en usine. Die, c'est bien sûr en anglais le radical du verbe "mourir" ainsi que sa forme impérative ("meurs !"), mais aussi le "dé" (le singulier de dice, "les dés" - et l'on dit ausi dice with death, ce qui veut dier "risquer sa vie"). Difficile devant l'oeuvre, de ne pas saisir physiquement son potentiel d'étrangeté mortuaire, même sans le titre. Cela tient bien sûr à la couleur du cube, mais aussi avant tout à ses proportions, qui en font quelque chose que l'on éprouve alternativement comme juste un peu trop grand ou juste un peu trop petit : c'est bien évidemment un cube, mais on ne peut en apercevoir plus de deux faces en même temps, et l'on oscille devant lui entre la certitude et l'impossibilité d'assurer notre jugement.
Jean-Pierre Criqui, Trictrac pour Tony Smith in Artstudio n°6

Condensation Cube, Hans Haacke, 1963-65 - Plexiglas -76 cm 

J'ai partiellement rempli des contenants en Plexiglas de forme géométrique simple avec de l'eau et je les ai scellés. La pénétation de la lumière réchauffe l'intérieur des boîtes. Puisque la température intérieure est donc toujours plus élevée que la température ambiante, l'eau contenue se condense : un voile délicat de gouttes commence à se développer sur l'intérieur des parois. Dans un premier temps, elles sont si petites que l'on ne distingue les gouttes qu' à une distance très rapprochée. Les gouttes grandissent, d'heure en heure, les plus petites se combinent avec d'autres plus grandes. La vitesse de croissance dépend de l'intensité et de l'angle de pénétration de la lumière. Après une journée, une couverture dense de gouttes clairement définies s'est développée et toutes reflètent la lumière. Avec la poursuite de la condensation, quelques gouttes atteignent une telle taille que leur poids dépasse les forces d'adhérence et elles coulent alors le long des parois en y laissant leur trace. Cette trace commence à converger avec d'autres. Des semaines plus tard, des traces variées, courant côte à côte, se sont développées. Selon leur âge respectif, elles sont faites de gouttes de différentes tailles. Le processus de condensation est sans fin.

L'apparence de la boîte change lentement mais constamment sans jamais se répéter. Les différents états sont comparables à ceux d'un organisme vivant qui réagit de façon flexible à son environnement. L'image de la condensation ne peut pas être précisément prévue. Elle change librement, liée uniquement à des limites statistiques. J'aime cette liberté. 

Hans Haacke, 1965

Mètre cube d'infini, Michelangelo Pistoletto, 1966 - 6 miroirs et ficelle - 120 cm 

Dans le Mètre cube d'infini, il n’y a pas seulement deux miroirs mais six ; ils forment un cube avec les surfaces réfléchissantes à l’intérieur. Les miroirs délimitent un espace entre eux et c’est cet espace qui se reproduit à l’infini. Cette œuvre est représentative de la série entière des Objets en moins. L’effet miroitant dans le cube n’est pas visible. On entre dans l’œuvre exclusivement avec l’imagination et par l’exercice mental. 
Pour quelle raison le Mètre cube d'infini est-il si représentatif des Objets en moins ? L’infini est inclus dans un corps fini. Dans le cube, l’infini se produit de façon impalpable, mais il a besoin d’un espace physique pour exister et ce corps fini a la fonction de produire l’infini. L’infini produit ce corps particulier pour s’y incarner. Le Mètre cube d'infini est l’immatérialité de l’infini, moins ce corps matériel. Donc le cube est : l’infini - 1. En effet tous les objets sont la totalité moins 1. Voilà le pourquoi des Objets en moins.
Michelangelo Pistoletto


Negative Sculpture, Carl Andre, 1958
"A thing is a hole in a thing that is not." dit Carl Andre

Carl Andre démontre, en perforant un bloc de résine acrylique transparent, qu'un espace vide peut engendrer une forme.


Two Cubes (Demonstrating the Stereometric Method), Naum Gabo, 1930    

Naum Gabo a utilisé ce travail pour illustrer son essai "Sculpture : Taille et Construction dans Espace" dans l'anthologie Cercle. Les deux cubes montrent deux façons de définir l'espace dans une sculpture - l'une utilise la masse solide tandis que l'autre exprime la forme par l'espace intérieur. Cette dernière était le concept clé des constructions de Gabo; il cherchait à occuper l'espace avec un objet visible sans circonscrire ce dernier. L'espace intérieur était un exemple de ce que Gabo appelait  L'idée Constructive, par laquelle les frontières entre l'objet et la perception de cet objet par l'artiste ont été dissoutes, ainsi "l'art devient réalité"

Les Cubes ont des Racines, Richard Monnier, 2014

Les dessins et les sculptures intitulés Les Cubes ont des Racines, sont construits point par point, ligne après ligne, surface après surface, sans tirer les bénéfices de cette capacité qui permet aux esprits « perspicaces » selon Descartes, de se représenter spontanément une figure sans avoir à en reconstruire mentalement les différentes parties. Élément après élément, je construis un cube qui, contrairement aux figures que le philosophe « peut voir par intuition », n'est pas « quelque chose d'un et de simple » . Soit une ligne de 10 unités numérotées de 1 à 10, soit un carré fait de 10 de ces lignes, chaque unité étant alors numérotée de 1 à 100 , soit un cube fait de 10 de ces carrés superposés, chaque unité étant numérotée de 1 à 1000 ; je repère à l'intérieur de ce cube, les unités qui sont les cubes des 10 premiers nombres entiers : le 8, le 27, le 64, le 125, le 216, le 343, le 512, le 729, le 1000 et je trace un trait qui les relie entre elles.

Chacun a pu observer, lorsque son ordinateur exécute trop de taches simultanément, la lenteur d'affichage d'une image, ligne après ligne. Ce moment d'attente nous rappelle que l'ordinateur calcule pixel après pixel les images que nous sommes habitués à percevoir d'emblée comme une vue à travers une fenêtre. Loin du « vertige des virtualités » comme disent les journalistes à propos des nouvelles technologies, le balayage ligne après ligne qui permet de constituer une surface ressemble plutôt au va et vient du cheval de trait qui laboure son terrain, sillon après sillon. Même quand il exécute une opération tous les 60ème de seconde, l'ordinateur n'est toujours qu'une bête de somme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire