samedi 14 novembre 2020

Remplaçants

Robert Filliou, La Joconde est dans les escaliers, 1969 - Jeff Wall, The Destroyed Room, 1978 - Joachim Mogarra, La montagne Sainte-Victoire, 1985
L'intention de faire signe anime l'inanimé. Les objets que l'on voit là (parfois petits de peu de poids) n'y sont pas que pour eux. Ils font signe, leur arrangement désigne autre chose. La photo est la reine des images (dit Alain Gunther) signe et symbole à la fois. Elle montre quelque chose dont elle a directement enregistré l'image (un référent) un matelas éventré, un mètre, une pelure de pomme, un balai, un coussin, des tabourets et elle appelle quelqu'un qui n'est pas là (Delacroix, Robert Smithson, Cézanne, Brancusi, Malevitch) une référence. Un document sur la pomme ou le désordre tourne en fable et raconte une histoire. La chambre détruite de Jeff Wall dit : "Sardanapale" et dit aussi "Vitrines punks". La serpillère de Filliou dit "ménage" et dit aussi "toile". Même sur une toile de maître on fait la poussière et le gardien n'est pas loin. Le mètre articulé de Joachim Mogarra dit : " Sainte Victoire" et dit aussi : "Boîte à outils". Dans tous les cas, ces objets font signe à un complice qui voit de quoi on parle. C'est plein de sous-entendus, de ressemblances approximatives et qui suffisent. Tu vois ce que je veux dire ?

Joachim Mogarra, Les chefs-d'œuvre de l'art, 1985, Le Pont Neuf enveloppé, 128,7 x 99,8 cm, Richard Long domestique, 129 x 97,6 cm, Spiral Jetty, 100 X 150 cm - La montagne Sainte-Victoire, 111 x 145 cm, Paysage métaphysique.

Dans les photos de Mogarra, texte et image vont ensemble pour montrer quelque chose qui est hors de vue. Baldessari se demandait : "Si une installation de Richard Long était dérobée pierre par pierre à quel moment sera-t-elle volée ?" et Mogarra s'interroge : "Combien de pommes de terre faut-il pour parler d'un Richard Long ?"

Jeff Wall, The Destroyed Room, 1978, caisson lumineux, 159 x 234 cm

Eugène Delacroix, La mort de Sardanapale, 1827, 392 x 496 cm

"Quand j'ai fait "Destoyed Room", j'ai travaillé en pensant au design des vitrines de magasins de vêtements et de mobilier. Je pense à elles comme à des "tableaux morts" en opposition aux "tableaux vivants". À cette époque, les vitrines étaient devenues très violentes, principalement à cause de l'influence du phénomène punk qui avait pénétré rapidement toute la culture économique. " Jeff Wall

Le "tableau mort" est vidé de ses personnages. Vitrine de magasin comme tableau mort. Elle et il sont construits, agencés dans un espace. Le tableau mort est un tableau d'objets. Tableau d'objets réels disposés dans un espace fait pour ça (un cube ou simili chambre). On en voit les étais, l'arrière du décor. C'est bien un décor, tissus, costumes, bijoux, chaussures, accessoires. À la renverse, bousculé, un saccage dans des affaires de femmes. Archéologie du frivole. 

Robert Filliou, La Joconde est dans les escaliers, 1969

Léonard de Vinci, La Joconde, 1505-1516
On pourrait penser qu'entre le tableau de la Joconde et une serpillère dans un seau avec son balai, la distance sémantique est énorme. C'est à dire qu'ensemble ils jurent, ils paraissent hétéroclites. C'est oublier que La Joconde nous apparaît presque toujours par le biais de sa reproduction, d'une multitude d'images qui lui ressemblent. Images devenues banales, carte postales détournées, image dans un smartphone, enseigne, tasse à café ; bref, banale et utile comme un mot. 
Maria Konstantinova, KMMK (Kasemir Malevich and Maria Konstantinova), 1989 - Kasimir Malevitch, Carré noir, 1915 - Kasimir Malevitch sur son lit de mort

Robert Filliou, Poussière de Poussière de l'effet Corrège (Le Mariage mystique) et Poussière de Poussière de l'effet Otto Dix (Portrait de journaliste Sylvia von Hagen), 1977

Au Louvre et au Moma, Robert Filliou a épousseté les œuvres des vieux maîtres : Leonardo, Hals, Klee, Duchamp… Il a mis chaque essuie-meuble et une photo de chaque action dans un carton. Cette série de cartons a paru comme multiple. 

Voilà comment on passe du désordre de Jeff Wall au ménage de Filliou.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire